- dimanche
Avril 26, 2019

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Des sociétés pharmaceutiques israéliennes testent des médicaments sur des prisonniers palestiniens

2019/02/25, 10:50


Des sociétés pharmaceutiques israéliennes testent des médicaments sur des prisonniers palestiniens

Truth ONG- Le professeur israélien Nadera Shalhoub-Kevorkian a révélé hier que les autorités d'occupation israéliennes délivrent des permis à de grandes entreprises pharmaceutiques pour effectuer des tests sur des prisonniers palestiniens et arabes, a rapporté Felesteen.ps.

Le conférencier de l’Université hébraïque a également révélé que les entreprises militaires israéliennes testaient des armes sur des enfants palestiniens et procédaient à ces tests dans les quartiers palestiniens de Jérusalem occupée, selon MEM.
Prenant la parole à l'Université Columbia à New York, Shalhoub-Kevorkian a déclaré qu'elle avait recueilli les données dans le cadre d'un projet de recherche pour l'Université hébraïque.
« Les espaces palestiniens sont des laboratoires », a-t-elle déclaré. « L'invention des produits et services des sociétés de sécurité financées par l'État est alimentée par les couvre-feux à long terme et l'oppression palestinienne par l'armée israélienne. »
Dans son exposé intitulé "Disturbing Spaces - Violent Technologies in Palestinian Jerusalem", le professeur a ajouté : « Ils vérifient quelles bombes utiliser, bombes à gaz ou bombes puantes. Si il faut mettre des sacs en plastique ou des sacs en tissu. S'il faut nous battre avec leurs fusils ou nous frapper avec des bottes. »
La semaine dernière, les autorités israéliennes ont refusé de remettre le corps de Fares Baroud, décédé dans les prisons israéliennes après avoir souffert de plusieurs maladies. Sa famille craint qu'il n'ait pu être utilisé pour de tels tests et Israël craint que cela ne soit révélé par des enquêtes médico-légales.
En juillet 1997, le journal israélien Yedioth Ahronoth a fait état de remarques adressées à Dalia Itzik, présidente d'une commission parlementaire, reconnaissant que le ministère israélien de la Santé avait donné aux entreprises pharmaceutiques l'autorisation de tester leurs nouveaux médicaments pour les détenus, notant que 5.000 tests avaient déjà été effectués.
Robrecht Vanderbeeken, secrétaire culturel du syndicat belge ACOD, a averti en août 2018 que la population de la bande de Gaza est « affamée, empoisonnée et que des enfants sont enlevés et tués pour leurs organes ».
Cela fait suite aux avertissements précédents de l'ambassadeur palestinien auprès des Nations unies, Riyad Mansour, qui a déclaré que les corps des Palestiniens tués par les forces de sécurité israéliennes « ont été rendus avec des cornées et autres organes manquants, confirmant ainsi les rapports antérieurs sur le prélèvement d'organes par la puissance occupante ».

Tags:

Benjamin Netanyahu،Droits de l'homme،Droits des prisonniers،Politique،Terrorisme،Israël ،Palestine

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter