- samedi
Avril 18, 2019

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

En 2018, Israël a assassiné 56 enfants palestiniens

2019/01/21, 15:55


En 2018, Israël a assassiné 56 enfants palestiniens

Truth ONG- L'Organisation internationale de défense des enfants palestiniens (DCIP) a présenté un rapport aux enquêteurs de l’ONU la semaine dernière dans lequel est expliqué en détail le meurtre d’enfants palestiniens par les forces israéliennes au cours des larges et massives manifestations dans la bande de Gaza.

« Ce rapport de 57 pages, rédigé en collaboration avec le Human Rights and Gender Justice Law Clinic (HRGJ) de la faculté de droit de l’Université de New York (CUNY), s’est penché sur les manifestations massives dans la bande de Gaza, le massacre de jeunes et d'adolescents palestiniens et la violation de la loi internationale par les forces d’occupation », a écrit Ma’an News.
Le rapport a été soumis à la Commission d’enquête des Nations Unies sur les manifestations de 2018 dans les Territoires palestiniens occupés (TPO), qui a été créée au cours d’une session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en mai 2018, selon Chronique de Palestine.
Ce rapport fait part de la mort de 56 Palestiniens en 2018 dont 45 depuis le 30 mars 2018 où a commencé la Marche du Grand retour dans la bande de Gaza.
Ce rapport considère les militaires et les autorités israéliens comme des criminels de guerre qui tuent de très jeunes palestiniens, parfois âgés de moins de 15 ans même comme on peut le constater sur les photos publiées dans les médias du monde entier, rapporte PressTV.
Dans la très grande majorité des cas, le DCIP a pu confirmer que les enfants ne présentaient aucune menace imminente de mort ou de blessure grave lorsqu’ils étaient abattus par les forces israéliennes.
Le rapport conclut que les soldats et officiers israéliens sont responsables de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et d’autres graves violations du droit international pour le meurtre d’enfants parmi les manifestants palestiniens à Gaza.
« Les forces armées israéliennes sont régulièrement impliquées dans des violations généralisées et systématiques des droits de l’homme contre des enfants palestiniens. Pourtant, l’impunité est la norme », a déclaré Brad Parker, conseiller principal pour les politiques et l’action juridique au DCIP.
« Les enquêteurs [des Nations Unies] doivent rechercher les responsabilités en analysant les violations présumées du droit pénal international relevant de la compétence de la Cour pénale internationale et en nommant les auteurs. »
Selon le droit international, les enfants impactés par un conflit armé ont droit à un respect particulier et à des protections en vertu du droit international, mais les forces armées israéliennes ont toujours violé ces protections par des attaques disproportionnées et violentes entraînant le meurtre et la mutilation d’enfants, ce qui constitue des crimes de guerre, selon les faits recensés par DCIP.
La Marche du Grand retour se tient tous les vendredis depuis le 30 mars 2018 en protestation contre la reconnaissance par le président américain, Donald Trump, de la sainte ville de Qods comme la capitale d’Israël et contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Qods.
Selon les derniers chiffres fournis par l’Organisation de la libération de la Palestine (OLP), jusqu’à présent, 253 personnes ont été tuées tandis que 25000 autres blessées à l’occasion de cette marche.

Tags:

Marche du retour،ONU،Benjamin Netanyahu،Droits des enfants،Israël ،Jérusalem ،Palestine

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter