- lundi
Janvier 19, 2019

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Les casques blancs sont des "trafiquants d'organes, des terroristes et des pillards"

2018/12/27, 10:15


Les casques blancs sont des

Truth ONG- Une présentation de l'ONU révèle que les casques blancs soutenus par les États-Unis et le Royaume-Uni sont des "trafiquants d'organes, des terroristes et des pillards".

Au fur et à mesure que le conflit en Syrie s'apaise, d'autres révélations font surface concernant la pseudo-ONG soutenue par les États-Unis et le Royaume-Uni, communément connue sous le nom de Casques blancs.
La présentation de l'ONU qui suit décrit en détail les exploits de nombreux groupes, y compris les sauvetages mis en scène qui ont été faits sur mesure pour les divers films de propagande du groupe diffusés dans les médias occidentaux grand public. Les témoignages comprenaient la journaliste du 21WIRE Vanessa Beeley, ainsi que des déclarations de témoins d'anciens membres des Casques blancs qui ont admis avoir commis divers crimes et fraudes depuis la création du groupe en 2013, ainsi que des aveux de leurs liens directs avec Jabat al-Nosra (Al-Qaida en Syrie) et autres groupes terroristes connus, selon 21st Century Wire.
Loin d'être les "tailleurs, boulangers, enseignants et autres simples Syriens" qu'ils prétendent régulièrement être, les Casques blancs ont plutôt été exposés comme des fraudeurs, des voleurs, des kidnappeurs et des trafiquants d'organes.
Les "Casques blancs" ne sont pas un groupe de sauvetage, mais une extension des militants djihadistes, et devraient être désignés comme une organisation terroriste, a affirmé l'envoyé de la Russie auprès de l'ONU lors de la présentation des preuves des méfaits du groupe, a rapporté RT.
Louangés en Occident en tant que volontaires de secours humanitaire, en réalité, les " Casques blancs " travaillent avec les opposants en Syrie, prélèvent les organes des victimes qu'ils prétendent " sauver ", mettent en scène de fausses armes chimiques et d'autres attaques de caméras et pillent les corps et maisons des Syriens tués et blessés pendant la guerre, selon Maxim Grigoriev, directeur de la Fondation pour l'étude de la démocratie basée en Russie.
Grigoriev a présenté les résultats de la recherche de la Fondation sur les Casques blancs au siège de l'ONU à New York jeudi. L'envoyé de la Russie à l'ONU, Vassily Nebenzia, a déclaré que les preuves montrent que le groupe est dangereux.
« Les Casques blancs méritent d'être inscrits sur la liste des terroristes désignés par les Nations Unies », a déclaré Nebenzia.
Plutôt que des bénévoles, presque tous les membres des Casques blancs étaient des employés rémunérés, a expliqué Grigoriev. Il existe également des "preuves indéniables" que le groupe a reçu des ordres écrits de Jaysh al-Islam, un groupe très connu pour son occupation de Douma.
C'est dans cette banlieue de Damas que les Casques blancs ont organisé l'"attaque chimique" qui a servi de prétexte aux frappes de missiles français, britanniques et étatsuniens contre le gouvernement syrien en avril dernier.
« La falsification des attaques chimiques était un élément essentiel des activités des Casques blancs », a déclaré Grigoriev, ajoutant que le groupe s'engageait aussi régulièrement à « faire de fausses nouvelles et organiser des sauvetages par étapes ».
Il a cité un exemple particulier d'un endroit appelé Jisr al-Haj à Alep, où les militants avaient mis le feu aux ordures, ramené des corps de la morgue locale et fait filmer un sauvetage par les Casques blancs. Grigoriev a cité le témoignage d'un membre des Casques blancs, qui a également déclaré que tous les participants avaient reçu 50 $ de plus pour cet effort.
De nombreux résidents locaux interrogés dans le cadre de l'étude ont parlé de personnes "sauvées" par les Casques blancs qui sont mortes et dont les organes internes ont disparu. L'un des témoins interrogés était un ancien membre d'Ahrar al-Sham, qui a déclaré que son commandant Shadi Kadik, également connu sous le nom d'Abu Adel Al-Halabi (d'Alep), avait reconnu le prélèvement d'organes. Le nombre total de cas de vol d'organes s'élève à "au moins plusieurs centaines" rien qu'à Alep, a déclaré Grigoriev.
Au lieu de secourir les civils et les enfants, les Casques blancs ont pillé les maisons endommagées par les combats et les corps des morts, tout en forçant les enfants à quitter les écoles et les jardins d'enfants pour y installer des bureaux.
« Selon une estimation approximative, sur les 26 centres opérant dans l'est de la Ghouta, dix étaient situés dans des écoles et un dans un jardin d'enfants », a déclaré Grigoriev dans le témoignage d'un journaliste syrien de la région.
Dans la seule Ghouta orientale, entre 100 et 150 membres des Casques blancs étaient également membres de groupes terroristes et militants. Ils se sont engagés dans la construction de tranchées, de tunnels et de fortifications pour les militants, se vantant ouvertement de leur appartenance aux médias sociaux, mais le niant à chaque fois qu'ils étaient interviewés par des journalistes occidentaux.
« Les récits sur Facebook des membres des Casques blancs sont remplis de matériel de propagande de groupes terroristes, y compris Daech et Al-Qaïda, faisant l'éloge d'Oussama ben Laden et d'autres individus figurant sur la liste des terroristes de l'ONU », a déclaré Grigoriev, ajoutant que les soi-disant sauveteurs ont également posté « des centaines de photos avec des armes dans leurs mains ».
La Fondation est membre du Réseau mondial de recherche antiterroriste créé en 2013 par la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme de l'ONU. Son rapport est basé sur des entretiens avec plus de 100 témoins oculaires, dont 40 membres des Casques blancs, 50 résidents locaux et 15 anciens combattants terroristes et militants. Plus de 500 résidents locaux ont également été interrogés à Alep et à Deraa.
Un certain nombre de pays occidentaux, comme le Royaume-Uni et le Canada, ont fièrement annoncé qu'ils accepteraient les Casques blancs comme réfugiés, après que plusieurs centaines de membres du groupe aient été évacués d'une enclave tenue par les militants dans le sud de la Syrie avant que les troupes gouvernementales ne progressent.
Le gouvernement de Damas considère les Casques blancs comme appartenant à la même catégorie que les milices illégales et les terroristes.

Tags:

ONU، Daech، Al-Qaïda، Terrorisme،Droits de l'homme،Les casques blancs ،politique،Le Royaume-Uni،Les

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter