- dimanche
Décembre 14, 2018

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Mohammed ben Salmane est en marge de la photo de famille du G20

2018/12/02, 10:06


Mohammed ben Salmane est en marge de la photo de famille du G20

Truth ONG- Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a bénéficié d’un cadeau de bienvenue incongru à son arrivée jeudi à Buenos Aires pour le G20 ; l’examen par un juge argentin d’une plainte pour crimes de guerre déposée contre lui par l’ONG Human Rights Watch.

Le sommet du G20
qui s'est ouvert vendredi 30 novembre à Buenos Aires confirme cette tendance
que les alliés traditionnels de Riyad ont bien boudé MBS et la photo de famille
du sommet s'est même transformée en un colossal désaveu à l'encontre du
Saoudien, selon PressTV.



MBS accueilli seulement
par Vladimir Poutine et Emmanuel Macron au G20. Le Russe a retrouvé le Saoudien
avec un enthousiasme manifeste à Buenos Aires, où les chefs d'Etat et de
gouvernement du G20 se réunissent pendant deux jours.

Poutine et Mohammed ben Salmane ont ostensiblement affiché leur bonne entente lors du G20. Qui se ressemble s'assemble, en l'occurrence afin d'échanger des recettes pour assassiner leurs opposants et demeurer impunis.



Peu avant de
prendre place autour de la table des discussions, le président russe et le
prince héritier saoudien se sont salués avec un geste à mi-chemin entre la
poignée de main et le "tope-là" de deux sportifs ou adolescents,
rapporte TV 5 Monde.



Ils ont ensuite
continué à bavarder en échangeant de grands sourires, avant de s'asseoir, selon
des images rapidement devenues virales sur les réseaux sociaux.



Le Russe et le
Saoudien ont un intérêt stratégique majeur en commun : le pétrole. Le cours de
l'or noir, en chute libre, est suspendu depuis des semaines à un éventuel
accord des deux puissances pétrolières sur une baisse de production.



En marge du
sommet du G20 qui s’est ouvert ce vendredi à Buenos Aires, le président
français Emmanuel Macron s'est entrenu avec le très sulfureux prince héritier
saoudien Mohammed ben Salman. Selon RFI, ce n’était pas vraiment une rencontre
bilatérale, mais plutôt un aparté. Sous l’œil des caméras, dans la grande salle
où sont accueillis à leur arrivée les chefs d’Etat et de gouvernement, le
président français a pris l’initiative de cet échange. Emmanuel Macron venait
d’achever une réunion de coordination avec ses homologues européens du G20 où
justement le dossier saoudien avait été évoqué et une position commune arrêtée.



L’entretien a
duré moins de cinq minutes. Et si Mohammed ben Salman est apparu tout sourire,
le visage du président français était lui plus fermé. Cela a été l'occasion de
« faire passer quelques messages de manière très ferme », indique l'Elysée.
Emmanuel Macron a insisté pour que toute la lumière soit faite sur l’affaire
Khashoggi – du nom de ce journaliste saoudien tué au consulat de son pays à
Istanbul – et plaidé pour que des experts internationaux soient associés à
l’enquête.



Même le président
français connu pour ses liens trop cordiaux avec Riyad a adopté un ton de
sermonnaire qui n'a pas échappé à la vigilance des journalistes. Le journal Al-Quds
al-Arabi fait remarquer : « MBS a été d'ailleurs le premier dirigeant à
avoir quitté le plateau tellement lui a semblé insupportable l'attitude des
grands du monde. Juste avant le début du sommet, le président argentin s'était
entretenu avec Ben Salmane des plaintes qui venaient à être déposées contre lui
pour crime contre l'humanité et crime de guerre ou encore dans le cadre de
l'affaire Khashoggi ».



Selon le bureau
de Mme May, la première ministre britannique a insisté auprès du prince
héritier saoudien sur l'importance de s'assurer que les responsables du « meurtre
sordide » de M. Khashoggi soient traduits en justice.



Mohamed Ben
Salmane espère donc sur une entrevue à Buenos Aires pour clôre diplomatiquement
le dossier. Mais pour l'heure, les organisateurs du sommet ont pris soin de
placer les deux dirigeants à bonne distance sur la traditionnelle photo de
famille.



Le président
Erdogan n'a pas échangé un regard avec le prince héritier au moment de prendre
sa place à l'autre bout du podium. De plus en plus isolé, MBS a été le premier
dirigeant à avoir quitté le plateau tellement lui a semblé insupportable
l'attitude des grands du monde. Même le président Poutine qui a serré
chaleureusement la main au jeune Prince au cours du sommet l'a évité pour la
pose de cette photo de famille.


Tags:

Jamal Khashoggi، Emmanuel Macron، Mohammed ben Salmane، Riyad ، G20 ، l’ONG Human Rights Watch، MBS

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi

free website counter