- vendredi
Décembre 12, 2018

L'ONG des droits de l'homme de La Vérité

Amnesty International condamne Abou Dhabi avant la course de F1

2018/11/28, 16:14


Amnesty International condamne Abou Dhabi avant la course de F1

Truth ONG- Amnesty International a condamné le Grand Prix d'Abu Dhabi de Formule 1 qui s'est tenu le 25 novembre 2018 sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi pour la répression et les arrestations incessantes de prisonniers politiques par le pays. Amnesty International a déclaré que les Émirats arabes unis sont impliqués dans deux compétitions : la course de Formule 1 et la course à la répression de leurs critiques politico-religieux.

D'un côté, les autorités tentent d'organiser des courses et des tournois sportifs, tandis que de l'autre, le pays et son peuple passent des jours entiers à réprimer politiquement ceux qui ont exprimé leurs opinions sur les droits humains.
« Sous la façade de paillettes et de glamour, un côté beaucoup plus sinistre des Émirats arabes unis est apparu, montrant les Émirats comme un État profondément répressif où les militants qui critiquent le gouvernement peuvent être jetés en prison simplement pour avoir posté un tweet », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. « Des millions de spectateurs du monde entier sont attendus au Grand Prix de Formule 1 d'Abu Dhabi ce week-end, mais la plupart d'entre eux n'ont pas la moindre idée de l'horrible réalité de la vie des activistes aux EAU. »
Selon le rapport, le gouvernement des Émirats arabes unis a poursuivi plus de 100 militants qui critiquaient le gouvernement (dont 60, affirme-t-il, sont toujours en prison), dont des avocats, des professeurs et des étudiants. Amnesty International rapporte que certaines des prisonniers ont été torturés et que leurs familles ont également été pénalisées.
Le gouvernement, de son côté, affirme que les militants sont alliés à Al-Islah, l'Association pour la réforme et l'orientation sociale qui aurait des liens avec les Frères musulmans d'Égypte (que les Émirats arabes unis et d'autres pays de la région considèrent comme une organisation terroriste) et son pendant gazain, le Hamas (qui est plus largement interdit comme une organisation terroriste par les États-Unis et les autres pays).
Abu Dhabi, qui accueille la course de Formule 1 depuis 2009, est la capitale des Emirats Arabes Unis et le domicile de son président actuel ainsi que de son prédécesseur. C'est de loin le plus grand constituant de l'union par sa géographie et le deuxième par sa population, juste derrière Dubaï.
La publication de ce rapport jette une lumière critique sur les violations des droits de l'homme dans la région et dans le monde, en particulier aux Émirats arabes unis, qui siègent actuellement au Conseil des droits de l'homme de l'ONU. L'ONG Monitor, un groupe de surveillance basé à Jérusalem, affirme qu'Amnesty International « se concentre uniquement sur le conflit avec les Palestiniens, déforme la complexité du conflit et ignore les violations plus graves des droits humains dans la région ».
Ce n'est pas la première fois que les violations des droits de l'homme sont au premier plan dans le contexte des courses automobiles au Moyen-Orient. Les troubles politiques au Bahreïn voisin ont forcé l'annulation de la course de F1 dans ce pays en 2011 et ont mis en lumière le bilan de ce royaume en matière des droits humains, amenant beaucoup à se demander si cette série - ou vraiment toute série internationale ou organisme sportif - devrait être en sanction de compétitions dans des pays avec un tel manque à gagner pour ses citoyens et habitants.

Tags:

نقض حقوق بشر،Émirats arabes unis ،Abou Dhabi

Ajouter un commentaire

L’ONG de la Vérité accueille sincèrement vos suggestions et les commentaires.

Votre commentaire

Vos commentaires

Lire aussi